Créer votre Reporting Social Media : Exemples et bonnes pratiques

Créer votre Reporting Social Media : Exemples et bonnes pratiques

Paul-Louis Valat
3 décembre 2018

Les responsables médias sociaux, en entreprise comme en agence, doivent sans cesse prouver leur travail et leurs résultats. Mais face à tous les indicateurs disponibles, lesquels mettre en avant ? Et sous quel format ? Retrouvez notre guide pour réaliser un reporting social media clair et efficace, qui témoignera à la fois de votre efficacité et apportera de la valeur à votre direction ou client.

Qu’est-ce qu’un bon Reporting Social Media ?

Un rapport réseaux sociaux présente la performance de la marque sur une période donnée.

Il répond à plusieurs objectifs :

  • Pour vous : Mesurer votre performance et identifier des améliorations possibles
  • Pour votre direction / votre client : Prouver le retour sur investissement de votre travail et partager vos recommandations stratégiques

Un bon reporting social media ne se contente pas de résumer les résultats atteints, il doit expliquer comment et pourquoi.

Il inclut donc trois éléments essentiels :

  • Vos résultats concrets obtenus
  • Vos observations sur les raisons derrière ces résultats
  • Vos recommandations pour les prochaines campagnes et la stratégie globale de l’entreprise

Vous devez être en mesure de montrer comment le budget a été dépensé et de faire comprendre le travail que vous avez effectué.

Que montrer dans votre reporting social media ?

Les éléments à présenter dans votre rapport vont dépendre de plusieurs facteurs : l’objectif recherché ou encore les attentes de votre interlocuteur.

Il existe toutefois certains indicateurs qui sont presque systématiquement demandés :

  • La visibilité générée
  • L’évolution de votre performance par rapport à la campagne ou période précédente
  • La comparaison par rapport aux différents concurrents

Votre reporting médias sociaux doit toutefois rester clair et concis, en allant droit au but et en ne présentant que l’essentiel.

Comment créer votre reporting social media ?

Pour faire simple, vous devez suivre 4 étapes pour créer votre rapport :

  1. Extraire la data
  2. Présenter la data
  3. Expliquer les résultats
  4. Faire vos recommandations

Dans la suite de cet article, nous allons passer en revue chaque page d’un exemple de reporting réseaux sociaux réalisé pour Greenpeace sur le marché américain.

Pour en réaliser un similaire, vous aurez besoin de :

  • Un outil de présentation type PowerPoint, Keynote ou Google Slides
  • Un outil d’analyse social media : celui utilisé ici est Meltwater Social
  • Un outil pour réaliser des captures d’écran

Si vous êtes équipés des outils adéquats, la création de reporting de ce type devrait être rapide à réaliser, ce qui vous laissera plus de temps à consacrer sur le plan d’action à tirer de vos résultats !

1. La page de garde

Cela peut paraître évident, mais ça ne fait pas de mal de le rappeler !

Une belle page de garde à l’image de votre marque est essentielle pour professionnaliser votre rapport.

Pensez à y inclure :

  • Le logo de la marque analysée
  • Votre logo (si vous êtes prestataire)
  • Le titre et objectif du rapport
  • La période étudiée

Reporting Social Media Greenpeace

 

2. Le résumé des résultats

Cette partie, souvent baptisée « executive summary« , présente en introduction les informations essentielles contenues dans votre reporting.

C’est l’endroit idéal pour mettre en avant :

  • Les résultats accomplis
  • Les faits qui demandent une réaction
  • L’évolution de votre performance
  • Les observations critiques pour votre interlocuteur
  • Le plan d’action déduit de ce reporting

Reporting Social Media resume

3. Owned Media

La partie « Owned Media » regroupe les analyses liées aux comptes sociaux de la marque et ses contenus publiés durant la période.

Pour présenter cette section, il est recommandé de prévoir une page par compte ou canal, regroupant les différents indicateurs intéressants.

Par exemple pour Twitter, vous pouvez mettre :

  • Nombre de messages publiés
  • Nombre d’impressions obtenues
  • Nombre de nouveaux abonnés : indiquer ce chiffre en net, c’est à dire le nombre de nouveaux abonnés, moins ceux qui se sont désabonnés durant le mois
  • L’activité du compte Twitter : par exemple la répartition du nombres de tweet, retweets, réponses
  • Répartition du contenu entre mentions et publications
  • Niveau d’engagement des internautes : les utilisateurs vous mentionnent-ils une fois ou plusieurs fois ?
  • Les publications les plus engageantes

Reporting Social Media Twitter

Pour Instagram, il peut s’agir de :

  • Nombre de messages publiés
  • Nombre de nouveaux abonnés
  • Nombre d’engagements
  • Publications les plus engageantes

Reporting Social Media Instagram

Vous pouvez décliner ces pages pour les autres réseaux : Facebook, Linkedin, Youtube, etc.

Pensez à inclure vos analyses personnelles.

Par exemple quel type de publications sont les plus engageantes : des posts de campagne, des articles partagés ou du contenu créé par la marque ?

4. Earned Media

Cette partie a pour but de livrer un aperçu de la présence de la marque sur les médias sociaux au-delà de ses comptes propres, en analysant ses mentions et les messages générés par les utilisateurs.

A. Volume et sentiment des mentions

Vous pouvez y inclure :

  • L’origine des mentions : Twitter, Instagram, Facebook, Forums, Blogs, etc. La façon la plus parlante est de le présenter sous forme de graphique camembert, afin de visualiser les canaux les plus importants.
  • Le sentiment des mentions : positifs, négatifs ou neutres
  • Le volume de mentions : Combien de fois la marque a-t-elle été mentionnée ? Comment ce volume a-t-il évolué depuis la période précédente ?

Reporting Social Media Performance

B. Evolution des mentions

Il est question ici de montrer et comprendre l’évolution des mentions de la marque au cours de la période étudiée.

Cette analyse permet de mettre en avant les différents pics et baisses de mentions.

Une bonne façon de présenter cette courbe est d’annoter sur chaque pic ou anomalie, la raison derrière cette tendance, et d’en ressortir les sujets qui génèrent le plus de conversations.

Reporting Social Media Evolution

C. Analyse des mentions et de l’audience

Dans cette partie nous analysons de manière qualitative :

  • Les mentions de la marque : A quels sujets est-elle associée ? Quels sont les hashtags récurrents ?
  • L’audience engagée : Qui sont les personnes mentionnant la marque ?

L’idée est de comprendre grâce à cette analyse les sujets qui génèrent le plus d’engagement et de confirmer que vos messages atteignent la bonne audience.

Reporting Social Media Tendances

D. Les Top Publications

En classant vos mentions par nombre d’engagements dans votre outil d’analyse social media, vous pourrez identifier les messages qui ont suscité le plus de réactions.

Faites une capture d’écran des 5 à 10 messages les plus performants pour cette partie.

A partir de cette sélection, identifiez les similitudes de ces publications afin d’en déduire un plan d’action.

Reporting Social Media Publications

E. Les Top Influenceurs

En classant cette fois vos mentions selon l’influence de leur auteur, vous pourrez détecter les personnes les plus influentes qui ont mentionné votre marque.

Identifiez ces profils peut être une véritable source d’opportunités, car ce sont déjà des ambassadeurs de la marque. Celle-ci peut donc chercher à créer une relation avec eux par la suite.

En présentant le profil de l’influenceur et la mention en question, vous pourrez facilement identifier des pistes pour relancer cette personne.

Reporting Social Media Influenceurs

5. Benchmark concurrentiel

Selon votre interlocuteur, il sera également intéressant d’intégrer une analyse compétitive, en sélectionnant les principaux concurrents de la marque.

La part de voix est un bon indicateur pour présenter la performance de la marque par rapport à celle du concurrent, car elle permet de voir en un clin d’œil quelle marque domine les conversations.

En mettant en comparaison la part de voix par volume et par portée, vous pourrez identifier également les différences stratégiques. En effet, certains marques vont être moins mentionnées, mais par des personnes plus influentes. L’important pour vous est alors d’identifier et d’expliquer ces différences.

Reporting Social Media Concurrence

Selon le degré d’intérêt de votre interlocuteur pour la concurrence, vous pouvez passer ensuite en revue les indicateurs précédents pour vos concurrents : évolution médiatique, performance des comptes de la marque, influenceurs, etc.

Cela vous permettra de détecter les stratégies performantes de votre marché ou encore de détecter des insights consommateurs sur les produits de vos concurrents.

6. Recommandations

La conclusion de votre reporting social media se fait par les recommandations pour la suite.

Via toutes vos analyses, vous avez certainement pu identifier des opportunités à saisir ou des campagnes à rectifier.

Cette partie Recommandations peut être divisée en deux temps :

  • Votre propre plan d’action et vos initiatives pour continuer d’améliorer votre performance sur la période suivante. Cette liste d’actions et d’idées vous permettra de faire savoir à votre direction/ client ce que vous  préparez, et les rassurera quant à votre proactivité
  • Vos recommandations stratégiques pour votre interlocuteur, selon les informations et insights que vous avez pu détecter. Il peut s’agir de suggestions pour la stratégie communication de la marque ou des observations plus globales sur la perception de la marque ou de ses produits.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez simplifier et enrichir votre création de reporting social media, vous pouvez demander une démo gratuite et personnalisée de notre outil d’analysé réseaux sociaux.

Si vous êtes intéressés par l’analyse de la performance, voici quels ressources supplémentaires :

[id^='mktoForm']
[id^='mktoForm']
[id^='mktoForm']
[id^='mktoForm']