Construire une marque. B2C vs. B2B

1. Le Jargon.

Dans le monde du B2B, il est recommandé d’utiliser des termes techniques pour décrire vos produits et/ou services. Vous avez à faire à des professionnels en quête de résultats. Si vous apparaissez comme vaguement au courant des fonctionnalités de vos produits, ils passeront leur chemin. À l’inverse, préférez un vocabulaire simple et direct dans une relation B2C. Pour faire simple, si vous vendez du bœuf, n’allez pas vous vanter de vendre de la viande de bovidés ou du Bos taurus (J’ai peut-être effectué une recherche Google pour ce dernier).

2. Le Contenu partagé.

Une stratégie de Marketing B2B doit se concentrer sur l’expertise. Plus le contenu sera précis et détaillé, mieux votre marque sera perçue comme experte sur le marché. Bien que l’on parle de plus en plus de snacking content, un de long billet de blog n’est pas négatif dans l’univers du B2B, vous permettant de prouver votre expertise. En revanche, sur un marché B2C, il est préférable d’aller droit au but & de rester simple et amical.

3. « La chaine alimentaire ».

Le marketeur B2B a un long chemin à parcourir entre le premier contact et l’acte d’achat. En effet, votre contact n’est pas forcément celui qui donnera son feu vert. À l’inverse, le marché B2C est bien plus fluide, les individus pouvant acheter & consommer un produit en quelques secondes. Vendre un produit et/ou service & construire une marque B2B prendra plus de temps, ne serait-ce parce que les contrats B2B sont généralement plus coûteux et engagent pour des mois, voire des années. Un cycle d’achat B2C peut ne durer que quelques secondes / minutes, encore une fois selon le type de produit.

4. Approche de votre activité.

Construire sa marque B2B requiert d’axer sa communication sur l’utilité, tandis que l’émotion sera au coeur d’une marque B2C. Loin de dire qu’une marque B2B doit être dénuée de personnalité, il reste primordial de construire des liens avec les individus. Souvenez-vous qu’ils achètent vos produit avec leurs propres deniers. À l’inverse, le client B2B travaille avec le budget alloué par son entreprise. Comme décrit plus haut, la décision d’achat B2B prend du temps, et est souvent basée sur la qualité de votre expertise, et donc sur la valeur ajoutée de votre produit ou service.